Page d'accueil Actualité Agenda Emploi Formations Stages Sites amis  Contactez l'auteur
A la une d'Archeologia.be!
Archeologia.be - L'Abécédaire de l'Archéologie
Archeologia.be - L'Abécédaire de l'Archéologie






Archeologia.be






Archeologia.be, L'Abécédaire de l'Archéologie
Recherche par mot-clé Contact
Accueil

Actualité / Revue de Presse

Agenda archéologique

Fouilles archéologiques

Offre d'emplois / CV

Ressources en ligne

Sites partenaires et amis

Archeologia.be sur Facebook


Les cercles et les spirales gravés du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage (Portugal) : catalogue, étude et approche expérimentale

Article de Carole RIDEL, Master Erasmus Mundus Quaternary and Prehistory (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris)

Vous pouvez aussi télécharger cet article au format PDF


Rubriques associées :

"Contributions personnelles"

Ressources en ligne



Résumé du mémoire de Master :

Abstract :

The Tagus Valley rock art complex is made up of more than 20 000 engraved figures spread along the river’s banks. The complex was submerged with the water of a dam in 1974. The national portuguese RUPTEJO project has for aim to gather all the datas on the complex in order to make a complete study of it. The circles and the spirals are among the major elements of the Tagus’ complex but had never until now been specifically studied. This Master thesis, made within the framework of the RUPTEJO project, takes aim at build up a catalogue of the circles and the spirals in the complex. This study shows the fundamental role of the circles and the spirales in the complex. The problems of the dating of these motives and of their interpretation are also dealt but the lack of available information does not allow to conclude with certainty. An experimental study of the execution way of the engravings had besides been led. It points out that the engravings had probably not been made with a one-face-knapped tool but rather with a two-faces-knapped tool.

Introduction:

Ce travail a été réalisé à l’occasion d’une mobilité Erasmus Mundus effectuée en 2008/2009 au département de préhistoire de l’Institut Polytechnique de Tomar, situé à Mação, Portugal.

Les cercles et les spirales sont parmi les figures les plus nombreuses du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage mais ces motifs n’ont jamais été étudiés. L’objectif du mémoire est, par la création d’un catalogue des cercles et des spirales, d’évaluer l’importance de ces figures dans le complexe et plus particulièrement de déterminer les associations préférentielles de ces figures avec d’autres motifs. La question de la période de réalisation de ces motifs a été étudiée ainsi que la question de leur interprétation. Des expérimentations ont par ailleurs été menées afin de mieux comprendre le mode de réalisation des gravures.

Présentation du complexe :

Le complexe se trouve sur la part portugaise du Tage, dans le cours moyen du fleuve, sur une quarantaine de kilomètres en aval de la frontière espagnole. Il représente plus de 20 000 gravures (Fig.n°1).

Fig.n°1: Carte des sites d’art rupestre de la vallée du Tage

Le premier site du complexe a été découvert en 1971 et les autres sites au cours de l’année 1972. Un barrage était malheureusement en cours de construction à Fratel, en aval de la plus grande part du complexe. La situation politique au Portugal à cette époque était très difficile et la découverte de miliers de gravures ne parvint pas à convaincre les autorités portugaises d’annuler ou de retarder la construction du barrage. C’est pourquoi plus de 90% du complexe a été submergé en 1974. Cela explique pourquoi les études du complexe ont été faites dans l’urgence, beaucoup trop rapidement. Les chercheurs disposaient d’un temps bien trop court pour étudier un complexe aussi grand. Les travaux ont donc été concentrés sur ce qui semblait être les panneaux principaux, c’est-à-dire les panneaux présentant des animaux et des humains. Ces études ont cependant montré que les cercles et autres figures géométriques telles que les spirales sont les figures majoritaires du complexe. Viennent ensuite les animaux et les humains, représentés selon des styles et des morphologies très variées. Les figures sont toujours gravées sur les bancs schisteux qui forment les rives du fleuve, elles sont toujours très proches de l’eau, voire dans la zone submersible, et sur des surfaces horizontales. La plupart des gravures sont piquetées, certaines sont incisées.

Les figures 2 et 3 présentent trois des principaux panneaux du complexe.

Fig.n°2 : le panneau Fratel 155      

Fig.n°3 : les panneaux Cachão do Algarve 72 (gauche) et 101 (droite)

Comme la plupart des gravures est submergée, la plus grande part des données utilisées pour ce travail est bibliographique. L’étude a été complétée par des observations de terrain et le relevé de moulages en latex faits en 1973 et 1974. A cause du barrage l’ensemble des gravures n’a jamais été étudié. De plus toutes les données collectées n’ont pas été publiées. Les chercheurs qui ont étudié le complexe n’ont pas non plus montré un grand intérêt pour les cercles et les spirales bien qu’ils reconnaissent que ce sont les figures les plus représentées dans le complexe. Le projet national Portugais RUPTEJO vise à collecter toutes les données disponibles sur le complexe de façon à en faire une étude aussi complète que possible. Il s’agit donc de rassembler toutes les publications traitant du complexe, articles scientifiques aussi bien que coupures de presse. Le relevé de chaque moulage en latex est également en cours et les relevés originaux des gravures sont regroupés. Cela va conduire à une synthèse du complexe et à une étude aboutie des gravures de la vallée du Tage. Ce mémoire de Master fait partie du projet RUPTEJO.

Les cercles et les spirales du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage :

Catalogue et typologie :

Ce travail comprend l’étude de 7 sites et 37 panneaux, ce qui signifie 114 cercles simples, 78 figures de cercles concentriques et 43 spirales. Ces figures ont donné lieu à la création d’une typologie spécifique (Fig.4). Les figures circulaires sont distinguées en fonction du nombre de cercles qu’elles possèdent : un, deux, trois ou quatre et selon si elles possèdent une cupule centrale ou non. Les spirales sont séparées en « dextre » et « senestre » c’est-à-dire tournant vers la droite ou vers la gauche.

Fig.n°4: Typologie des cercles et des spirales du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage

Chaque figure a été intégrée dans une base de données prenant en considération le type de figure, la densité du piquetage, la patine, les associations que la figure présente éventuellement avec une autre figure, la position dans le panneau et les différentes dimensions de la figure.

Il a ainsi été possible de mettre en évidence des associations préférentielles entre les cercles et les spirales et d’autres figures.
 
Associations de cercles avec d’autres figures :

Le contexte de gravure des cercles est très hétérogène. Les cercles sont majoritairement représentés seuls, isolés sur des roches, épars le long des sites. Les cercles peuvent également constituer de grandes compositions faites exclusivement de figures circulaires. Ils peuvent être associés à des animaux ou à des êtres humains (Fig.5 et Fig.n°6). Ces associations sont très variées et aucun modèle n’apparaît. Les cercles sont gravés au-dessous ou au-dessus des animaux, parfois devant eux. Les animaux associés aux cercles sont par ailleurs de style et d’espèces divers. Il n’y a pas non plus de modèle d’association apparent entre les cercles et les humains. Les cercles peuvent ainsi être gravés le long du corps ou au-dessus de la tête d’humains de différents styles.

Fig.n°5: Les associations entre des cercles et des animaux

Fig.n°6: Les associations entre des cercles et des humains

Associations de spirales avec d’autres figures :

Le cas des spirales est très différent de celui des cercles. Elles sont en effet toujours associées à un autre motif, le plus souvent un animal ou un humain. Dans le cas d’associations avec des animaux, l’animal est le plus fréquemment un cervidé et les spirales sont gravées soit sous les pattes soit sur les bois ou la queue (Fig.n°7). La représentation de deux petits humains gravés sous une grande spirale constituée de six ou sept spires est une association récurrente du complexe (Fig.n°8). Il existe également des associations de cercles avec des spirales mais elles sont anecdotiques (Fig.n°9).

Fig.n°7: Les associations entre des spirales et des animaux

Fig.n°8: Les associations entre des spirales et des humains

Fig.n°9: Les associations entre des cercles et des spirales

Attribution chronologique des figures :

La période de réalisation des cercles et des spirales est fortement discutée. Le complexe lui-même n’est pas daté avec certitude ce qui rend d’autant plus difficile la datation des figures. Le complexe trouve probablement son origine au Paléolithique supérieur et s’achève pendant l’âge du Bronze ou l’âge du Fer. Nous ne savons cependant pas si les gravures ont été réalisées de façon continue dans le temps ou si elles sont le résultat d’un nombre limité de périodes de gravure. Il semble quoi qu’il en soit que la vallée a toujours été considérée comme un lieu sacré. L’origine des cercles dans le complexe est difficile à déterminer mais, par comparaison avec les autres représentations circulaires de la Péninsule Ibérique, ils semblent remonter à la fin du Néolithique, c’est-à-dire à la transition entre le 4è et le 3è millénaire. L’origine des spirales est peut-être plus ancienne que celle des cercles et remonterait jusqu’avant le début de la période mégalithique, soit le 5è millénaire BC.

Interprétation et rôle de ces figures :

L’interprétation des cercles et des spirales est aussi difficile que controversée. Cette étude a montré une différence importante entre les cercles et les spirales. Les cercles sont la plupart du temps seuls ou font partie d’un panneau fait uniquement de figures circulaires. Cela montre l’importance de ce motif dans le complexe. Les cercles semblent être l’un des symboles majeurs du complexe du Tage et être porteurs d’un sens en eux-mêmes puisqu’ils n’ont pas avoir besoin d’être associés à une autre figure. On ignore cependant de quelle signification ils sont porteurs.

Les spirales n’apparaissent jamais seules. C’est pourquoi elles semblent avoir un rôle différent de celui des cercles. Elles sont toujours associées à d’autres motifs et ce selon des modèles récurrents ; elles pourraient donc modifier la signification de la figure à laquelle elles sont associées. Leur fonction pourrait ainsi être plus de modifier le sens de la figure à laquelle elles sont associées que de posséder un sens par elles-mêmes.

Les spirales semblent ainsi avoir une fonction qualificative tandis que les cercles possèdent leur propre signification et peuvent être compris seuls et par eux-mêmes.

Etude expérimentale des gravures :

L’objectif de ce travail expérimental était d’obtenir une meilleure compréhension du mode de réalisation des gravures. Pour cela un protocole a été créé qui incluait les données archéologiques et géologiques de la vallée. Les outils préhistoriques trouvés dans la vallée sont des galets taillés de quartzite. Les outils sont généralement taillés sur une seule face mais certains le sont sur deux faces.

Les gravures ont été réalisées in situ afin d’observer leur érosion et leur altération par la pluie et les crues de la rivière. Elles ont été réalisées dans la vallée de l’Ocreza, un affluent du Tage qui présente aussi des gravures préhistoriques. Les supports utilisés sont deux blocs de schiste, lisses et aussi bien préservés que possible.

Comme les principaux outils préhistoriques collectés sont taillés sur une seule face, la technique de gravure avec un outil taillé sur une face a été plus particulièrement étudiée. La forme des négatifs produits par cette méthode est très longue et très fine. Les négatifs de la vallée du Tage sont en revanche très circulaires (Fig.n°10). C’est pourquoi ce type d’outil n’est probablement pas celui qui a servi à la réalisation des gravures.

Fig.n°10: Comparaison entre les gravures expérimentales faites avec un outil taillé sur une seule face (gauche) et les gravures de la vallée du Tage (droite)

Quelques gravures ont été réalisées avec un galet taillé sur deux faces (Fig.n°11). Les négatifs sont similaires à ceux de la vallée du Tage mais les figures réalisées avec cette méthode sont trop peu nombreuses pour conclure. C’est pourquoi l’hypothèse de gravures faites avec ce type d’outil doit être approfondie par des expérimentations futures.

Fig.n°11: Comparaison entre les gravures expérimentales réalisées avec un outil taillé sur deux faces (gauche) et les gravures de la vallée du Tage (droite)

Conclusions :

En dépit de leur simplicité de forme, les cercles et les spirales sont parmi les figures les plus importantes du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage. Ces deux types de figures ont une fonction différente dans le complexe. Les cercles et les figures de cercles concentriques ont leur propre signification et peuvent exister par eux-mêmes. Les spirales sont quant à elles toujours associées à une autre figure et il existe des modèles récurrents dans ces associations. Les spirales semblent donc compléter ou modifier la signification de la figure qu’ils accompagnent plutôt qu’avoir un sens en elles-mêmes. Les origines chronologiques des cercles et des spirales du complexe d’art rupestre de la vallée du Tage sont incertaines mais ces figures semblent être relativement anciennes dans le complexe.

En ce qui concerne la technologie de gravure, les figures ont le plus probablement été réalisées avec un outil taillé sur deux faces plutôt que sur une seule.

Perspectives:

Le complexe d’art rupestre de la vallée du Tage est actuellement mal connu. Le projet RUPTEJO vise à collecter toutes les données disponibles et va fournir une étude aussi complète que possible du complexe étant donné que les gravures ont disparu. Au terme de cette étude nous pouvons être certains que les données rassemblées vont éclairer d’un nouveau jour cette étude et préciser le rôle et le sens des cercles et des spirales du complexe.

Bibliographie succinte :

 
BAPTISTA, António Martinho, MARTINS, Maria Manuela, SERRÃO, Eduardo da Cunha, (1978), Felskunst im Tejo-Tal, São Simão (Nisa, Portoalegre), Portugal. IN: Sonderdruck aus den Madrider Mitteilungen, n°19, F.H. Kerle Verlag, Heidelberg, pp

BAPTISTA, António Martinho (1981), A Rocha F-155 e a Origem da Arte do Vale do Tejo, Monografias Arqueológicas, Grupo de Estudos Arqueológicos do Porto (GEAP), Porto, 85p. 90-118.

GOMES, Mário Varela (2000), A rocha 175 de Fratel - Iconografia e interpretação. IN: Estudos Pré-Históricos, n°8, pp.81-112.

GOMES, Mário Varela (2004), A Rocha 11 de Gardete (Vila Velha de Rodão) e os periodos terminais da arte rupestre do Vale do Tejo. IN: Revista Portuguesa de Arqueologia, n°7 (1), Instituto Português de Arqueologia, Lisboa, pp.61-128.

OOSTERBEEK, Luiz Miguel (2008), El Arte del Tejo (Portugal) en el marco de los estudios de arte rupestre en Portugal. IN: L.Oosterbeek, C.Buco (coord.), Arte Rupestre do Vale do Tejo e outros Estudos de Arte Pré-histórica, ARKEOS: perspectivas em Diálogo, n°24, CEIPHAR, Tomar, pp.11-30.

SERRÃO, Eduardo da Cunha ; LEMOS, Francisco Sandes; MONTEIRO, Jorge Pinho & QUEROL, Maria dos los Angeles (1972), Noticia de novas descobertas no complexo de arte rupestre do Vale do Tejo. IN:  Actas das II jornadas arqueológicas, n°1, Lisboa, 250p, pp.159-179.

Archeologia.be
Tous droits réservés
2005-2011