Page d'accueil Actualité Agenda Emploi Formations Stages Sites amis  Contactez l'auteur
Archeologia.be - L'Abécédaire de l'Archéologie
Archeologia.be - L'Abécédaire de l'Archéologie

Waterloo, retour sur la découverte d’un squelette d’un soldat mort en 1815

L'archéologue Dominique BOSQUET, Attaché au SPW-DGO4, Service de l’Archéologie en province de Brabant wallon, revient sur la découverte d’un squelette d’un soldat mort lors de la célèbre Bataille de Waterloo

Propos recueillis par Pierre-Emmanuel LENFANT

avec le soutien d'Archeologia.be

Posté en date du 4 juillet  2012



Site web : Le Champ de bataille de Waterloo : http://www.waterloo1815.be/

Ouvrage de référence : Jean-Claude Dammame « La bataille de Waterloo » Collection Tempus 2003

*  *  *  *

Monsieur Bosquet, afin que tout un chacun puisse en savoir un peu plus sur vous, pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous indiquer quelle a été votre rôle dans cette découverte?

Je suis Attaché au SPW-DGO4, Service de l’Archéologie en province de Brabant wallon depuis avril 2009. Auparavant, j’ai travaillé sur les fouilles réalisées sur le tracé du TGV entre les frontières française et allemande entre 1993 et 2004. J’ai découvert le soldat le mardi 05 juin 2012 lors de l’ouverture d’une tranchée de sondage archéologique réalisée à la pelleteuse, selon la méthode habituelle lorsqu’il s’agit d’évaluer le potentiel archéologique de zones importantes en contexte rural.

De très nombreux médias se font écho de la mise au jour de cette sépulture et de son caractère extraordinaire, est-elle à ce point exceptionnelle? Des découvertes similaires ont-elles déjà été effectuées par le passé?

Un seul cas de squelette complet de soldat tombé à Waterloo est connu et il se trouve que des analyses ADN ont montré qu’il s’agit d’un faux composé des squelettes de deux personnes différentes. La découverte est donc bien, à ma connaissance en tous cas, une première. Et c’est en ce sens surtout qu’il s’agit d’une découverte exceptionnelle. D’un point de vue purement scientifique en effet, il est clair que le 19ème siècle est une période sur laquelle on est déjà très bien renseignés, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une des batailles majeures de l’histoire européenne et d’un homme aussi fascinant que Napoléon Bonaparte qui est, je pense, le personnage historique sur lequel on a écrit le plus d’ouvrages.

Dans quel contexte la fouille archéologique a-t-elle été menée? D’autres vestiges ont-ils été exhumés ? Au final, que nous apprend cette découverte?

Les sondages ont été effectués sur une zone de 3 hectares qui deviendra un parking au sein du projet de réaménagement du site de la bataille dont l’achèvement est prévu pour le bicentenaire en 2015.

Au total, 120 tranchées de 10 m de long sur 2 m de large ont été ouvertes, soit 10 % de la surface totale du parking, et, excepté la découverte du squelette, elles se sont toutes révélées négatives. On peut donc estimer que, dans une certaine mesure, la découverte du soldat est un coup de chance. D’autres sondages ont été effectués depuis sur la zone réservée au futur mémorial, qui se sont avérés négatifs, ce qui n’est pas étonnant dans une zone située au cœur de l’action et nettoyée rapidement après la bataille de toute trace de celle-ci. Il est difficile de préciser exactement ce que cette découverte nous apprendra avant la fin des analyses et les restauration en cours sur l’ensemble du matériel et sur les ossements, mais les questions concernent, outre une identification de la personne qu’on espère aussi précise que possible, des enseignements sur le us et coutumes en vigueur dans les armées de l’époque ; sur le quotidien de ces soldats.

Venons-en à la post-fouille. En termes d'étude et d'analyse, que reste-t-il à entreprendre? La restauration des effets personnels s'annoncent-elles délicates? Une présentation au grand public est-elle déjà programmée?

La post-fouille est en cours au sein des services spécialisés du SPW et les premiers résultats sont attendus vers l’automne. La restauration des objets est toujours délicate, en particulier ici en ce qui concerne quelques petites pièces de tissu adhérant aux pièces de monnaies. Mais il apparaît d’ores et déjà que la balle trouvée dans la poitrine du soldat est française tandis que les pierres à fusil qu’il portait sur lui sont anglaises. Leur gabarit correspond au mousquet Brown Bess, arme emblématique des armées anglaise de l’époque. Balle française, arme anglaise : il semble que l’hypothèse d’une appartenance du soldat à l’armée anglaise, en un premier temps fondée uniquement sur l’emplacement de celui-ci à l’arrière des lignes anglaises, se confirme assez nettement sur base d’au moins deux éléments matériels très concrets.
Quant à savoir où, quand et comment cette découverte serait présentée au public si une telle décision était prise, il est trop tôt pour répondre de façon fiable, mais à titre personnel, je pense qu’il ne serait pas inintéressant de présenter la trouvaille au sein du futur mémorial.

Enfin, nombreux sont les lecteurs qui connaissent le statut particulier réservé aux soldats tombés au combat. Yves Vander CRUYSEN, responsable de l'association "Bataille de Waterloo 1815", suggère qu'il puisse s'agir dans le cas de cette découverte d'un soldat  anglais. Si l'appartenance venait à être clairement établie, un hommage militaire pourrait-il être rendu? Des contacts avec l'Ambassade de Grande-Bretagne ont été pris à en croire certains médias...

Il est tout à fait possible que la Grande Bretagne demande à récupérer le corps afin de lui réserver une sépulture digne de son engagement pour le pays. Des contacts seront pris incessamment avec les autorités anglaises compétentes afin de voir ce qu’il convient de faire des ossements une fois qu’ils auront été étudiés.

crédits photos : D. Bosquet, SPW-DGO4

Le squelette a été découvert quelques centaines de mètres derrière les lignes anglaises à proximité immédiate de l'infirmerie anglaise

Le squellette a été découvert à quelques centaines de mètres derrière les lignes anglaises à proximité immédiate de l'infirmerie anglaise

Dans les côtes  (coté droit), la balle de plomb probablement à l'origine du décès du soldat

Dans les côtes (coté droit), la balle de plomb probablement à l'origine du décès du soldat

A hauteur de la jambe, une cuillère a également été découverte. S'il s'agit d'un matériel réglementaire, l'identification sera d'autant plus aisée.

A hauteur de la jambe une cuillère a également été découverte. S'il s'agit d'un matériel réglementaire, l'identification sera d'autant plus aisée.

Un objet de bois indéterminé portant les initiales 'CB'.



Dans la poche droite, se trouvaient quelques pièces de monnaies, une pierre à fusil, une petite sphère de couleur rouge.

Dans la poche droite, se trouvaient quelques pièces de monnaies, une pierre à fusil, une petite sphère de couleur rouge.

Archeologia.be